Le califat d'Hélios

Le califat d'Hélios - roman de Julien Gabriels, conte fantastique
Le califat d'Hélios - roman de Julien Gabriels

Ne cherchez pas le califat d'Hélios, interdit aux non-bédouins, sur votre mappemonde… Il se situe dans un lieu où la géopolitique évolue plus vite que la cartographie. Au siècle dernier, au tout début des nineties, Jerry Palmer, businessman américain, et moi-même, Français, l'avions découvert par hasard en plein désert.

 

Nous y fîmes fortune, et y trouvâmes l'infortune. Nous y découvrîmes le rêve, la passion ; nous y rencontrâmes le vice et la vertu.

 

Nous vécûmes à l'intérieur du califat d'Hélios tout ce qu'une vie désordonnée peut apporter de turpitudes… Jerry jusqu'à en devenir son calife ; et moi jusqu'à disparaître dans les sables d'Hélios tandis que s'éteignait à tout jamais le califat après avoir brillé un temps comme une luciole…

 

QUELQUES EXTRAITS

 

J'en avais déjà le cœur tout retourné…
En un rien de temps, guidés par Bahira, étions, Aoud et moi, devant le Bédouin en question.

La jeune femme ne s'était pas trompée ; Jerry avait bel et bien payé son quadrupède à la bosse rebondie ; et en dollars !
Point de dinars, riyals, dirhams ou livres ; toutes, monnaies des sables ; mais des dollars ! Évidemment, dans cette région, les dollars coulaient à flots, autant que l'or noir, mais les Bédouins préféraient toujours la valeur marchande de leurs monnaies traditionnelles.
D'où provenaient les billets verts, puisque j'avais moi-même pris la peine d'explorer le bagage de Jerry ; et n'y avais trouvé que des choses ordinaires, pas même d'argent !
Si dorénavant le problème du négociant était réglé, il fallait au plus vite mettre la main sur la personne à qui l'on aurait pu dérober un chameau, en contre-valeur s'entend ; et avant qu'elle n'allât se plaindre aux autorités. Car il serait alors trop tard ! Et le voleur pris sur le fait ne pourrait être jugé que selon les lois en vigueur dans le pays ; et elles étaient terribles !
Enfin parut le fauteur de troubles, et son mammifère au sourire narquois.
   — Où as-tu pris l'argent pour acheter cet animal ? criai-je d'emblée d'un ton suffisamment courroucé pour que, tel un enfant soudain inquiet, Jerry reconnût sa faute.
Pendant que de mes invectives je le poursuivais, la bête était venue me lécher l'oreille comme pour me dire : " lâche-nous les babouches ! ".
Jerry paraissait gêné. J'avais déjà compris qu'il n'oserait avouer son forfait devant tout le monde. Je l'entraînai à l'écart. Ce qu'il me montra me subjugua. Alors que nous avions gagné un endroit discret, il leva son pied droit, faisant apparaître la semelle de son soulier, passa l'index de sa main droite sur une marque secrète, quelque part sur la chaussure. Et comme par mimétisme dans cet Orient magique, s'ouvrit la caverne d'Ali Baba.
Ebaubi, j'écarquillai les yeux. Là, dans ce pays où la flore était réduite à sa plus simple expression, Jerry crapahutait sur un océan de verdure. 

Le califat d'Hélios, roman de Julien Gabriels, conte fantastique

Ce jour-là, et pour la première fois de ma vie, je passai ma nuit dans une geôle. Bahira n'avait pas été garce… à peine femme…
Séance tenante, l'on m'arrêta, me mit les fers, me conduisit dans un trou à rats !
Et ses yeux maquillés, d'habitude si grands, si bons, n'exprimaient plus rien ; des yeux vides et lointains, si différents du regard que j'avais jusqu'à présent connu.
Bien plus tard, l'on vint me chercher pour me soumettre à la question. Rituel insensé, rappelant des époques qu'on aimerait à jamais révolues

désert

 Plus d'extraits

9 romans publiés à ce jour

DE

JULIEN

GABRIELS

Le califat d'Hélios - roman de Julien Gabriels, conte fantastique

 

QUELQUES EXTRAITS

 

Mais quelle mouche m'avait, ce jour-là, piqué, moi Pierre Landier pour que je tente, à mon âge, pareil exploit ?! Je n'étais guère aventurier dans l'âme, mais peu à peu l'étais devenu…

Et depuis des jours et des lunes, je souffrais… Le jour, par des chaleurs carrément dessiccatives ; la nuit, par la morsure du froid qui faisait éclater la roche rencontrée, préalablement chauffée à blanc.

J'avais, la veille, fêté mes quarante-cinq ans dans le désert, à la frontière de l'Arabie Saoudite et de la Jordanie.

Mais le bras qui me saisit alors n'avait plus la même force de brute, mais d'icelui se dégageait un enivrant parfum.
Une autre poigne, peut-être un peu plus musclée, celle-ci, me saisit sous l'aisselle, et je fus traîné, si j'en jugeais par le souffle chaud qui me fouetta soudain le visage, au-dehors. Au même moment, un timbre que je ne connaissais que trop bien, dit simplement :
        – Shokran.
Un concert de voix lui répondit en arabe, mais je n'en compris guère le sens.

Livre broché

 

N° ISBN13

9782748176148

 

 

Livre numérique - ebook

 

N° ISBN13

9782748176155

 

 

date de parution : 7 juillet 2006